Mon activité physique

Nombreux sont les bénéfices sur la condition physique d’une activité régulière : augmentation de la force musculaire, amélioration de la souplesse, de l’équilibre et de la coordination, lutte contre le mal de dos, autonomie physique conservée avec l’âge…L’activité physique diminue le risque de maladies cardio-vasculaires et d’hypertension artérielle (1). Elle améliorera également les paramètres glycémiques et lipidiques et sera susceptible de réduire les signes de lipodystrophie. Elle préviendra aussi les complications osseuses, en favorisant le renforcement du squelette(2).

 

Si vous êtes sédentaire, le début de l’exercice physique devra être progressif. Une évaluation spécialisée est recommandée en cas de reprise d’une activité sportive et en cas de risque cardiovasculaire(1).

Dans l’idéal, il conviendra de pratiquer une activité physique quotidienne de 30 minutes pour les adultes et 1 heure pour les enfants et adolescents. Bien sûr, plus c’est mieux ! (2)

Cette activité doit être modérée. C’est par exemple une marche rapide d’un bon pas, du vélo ou de la natation.

 

Il est aussi facile d’intégrer l’activité physique à son quotidien. Prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, descendre un arrêt plus tôt, du bus, du tramway ou du métro, sortir le chien plus longtemps que d’habitude, acheter le pain à vélo plutôt qu’en voiture…Tout est bon pour faire le plein d’énergie et s’aérer l’esprit ! Votre qualité de vie s’en trouvera améliorée.


Dans tous les cas et avant de vous lancer, parlez-en avec votre médecin pour établir ensemble le programme le plus adapté pour vous.

 

 

1) La santé vient en bougeant. Le guide nutrition pour tous. Consulté le 04/10/2014 sur le site INPES-santé:  http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/715.pdf

2) Morlat Ph et al. Suivi de l’adulte vivant avec le VIH, prévention et prise en charge des comorbidités. In: Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH. Recommandations du groupe d’experts. Paris : Ed : La documentation française. Rapport 2013 ; p115-172.