Observance

Qu’est-ce que l’observance ?

L’observance est la capacité d’une personne à prendre son traitement en respectant la prescription de son médecin (1).

Une heure de prise précise, un nombre de comprimés précis à prendre à jeun ou au moment des repas, des intervalles de temps entre les prises à respecter,…la prescription d’un traitement antirétroviral doit être suivie scrupuleusement.

Plus l’observance sera bonne, plus les chances de réussites du traitement seront grandes.

 

Comment respecter ou améliorer mon observance thérapeutique ?

L’expérience montre que, lorsqu’un patient prend part aux décisions thérapeutiques de l’équipe soignante, les prescriptions sont mieux observées.

  • Participer

Soyez acteur de votre traitement. Il est nécessaire que vous preniez part à la réflexion et à la prise en charge de votre maladie. La prescription doit être adaptée à votre rythme de vie.

  • Comprendre

Il est nécessaire de bien être informé sur son traitement et sur son état de santé (charge virale, taux de CD4…) mais surtout bien le comprendre. Ne restez pas sans réponse, profitez de l’expertise de votre médecin pour être acteur de votre santé (1).

  • Adhérer

Prendre part au choix du traitement et adhérer à sa prescription est un gage de bonne observance. La motivation est très importante pour suivre soigneusement le traitement prescrit contre l’infection VIH.

  • Garder le contact

Dès que quelque chose vous empêche de suivre votre traitement, vous devez très vite prendre contact avec votre médecin pour lui en parler. Il vous conseillera et pourra éventuellement modifier votre prescription de manière à vous aider à être observant et ainsi diminuer le risque de développer une résistance au traitement.

 

Comment participer au suivi de mon traitement ?

Les consultations de suivi permettent d’évaluer régulièrement l’efficacité du traitement. C’est un moment privilégié qui permet aussi d’aborder avec son médecin les inconvénients des traitements ou les difficultés éventuellement rencontrées. La première consultation a souvent lieu dans les 8 à 15 jours suivant la mise en route d’un premier traitement. Dans le cadre d’un suivi ultérieur, la consultation est programmée dans le mois qui suit le début des traitements, tous les 3 mois la première année, puis en cas d’évolution favorable, 3 à 4 fois par an.

  • Participer à vos consultations

Vous pouvez noter l’évolution de votre ressenti au traitement. Par exemple la survenue d’un évènement particulier ou l’amélioration de certains symptômes. N’hésitez pas à prendre des notes (nature de l’évènement, fréquence, durée…) pour être le plus précis possible lors de votre entretien avec le médecin. Pensez aussi à noter les erreurs de prise ou les oublis de comprimés.

Sachez également qu’il peut y avoir au sein du service d’infectiologie dont vous dépendez, une consultation d’observance constitué par un personnel spécialement formé (infirmiers, pharmaciens, psychologues, médecins…) pour vous écouter, vous accompagner et vous aider. Ces consultations sont particulièrement indiquées lors des premiers mois suivant l’initiation de votre traitement.

Les équipes d’éducation thérapeutique apportent un soutien aux personnes devant prendre un traitement au long cours. Elles accompagnent chacun dans le respect de ses appartenances culturelles, religieuse, de son orientation sexuelle, etc…

 

Astuces « anti-oubli » (1)

Définissez une heure de prise à un moment de la journée où vous serez toujours réveillé, semaine comme week-end.

Avec les nouvelles technologies, plusieurs solutions s’offrent à vous :

-un réveil ou la fonction réveil de votre téléphone portable restent des solutions simples. Vous pouvez aussi vous programmer des rappels sur votre ordinateur, via la fonction calendrier ;             
-si vous avez plusieurs prises par jour, des piluliers électroniques existent dans le commerce. Ce sont des boîtes à pilules programmables, pouvant mémoriser jusqu’à 4 alarmes par jour.

Vous pouvez aussi associer la prise du traitement à des gestes du quotidien : brossage de dents ou chewing-gum après un repas, café du matin, ou rasage, maquillage/démaquillage… Une fois l’habitude prise, elle deviendra instinctive.

Enfin, avoir en permanence 2 doses sur soi et si possible une boîte d’avance chez soi permettront de pallier tout imprévu.

 

Il est nécessaire d’être motivé pour suivre strictement la prescription médicale pendant longtemps. C’est une des conditions du succès thérapeutique. Les équipes soignantes sont là pour vous aider. Ne prenez pas de décisions seul sur votre traitement, parlez-en avec elles.

 

 

 

(1) MagpatientsVIH Hors-série septembre 2012